« RIVE DROITE, RIVE GAUCHE » OU QUAND LE FLEUVE CHENAS RETROUVE SA SOURCE…


Sous l'affiche le gamay!

Le temps d’une journée Les Buvologues se sont retrouvés « Covinés » avec d’autres amoureux du gamay. Les producteurs du cru Chénas mettaient en lumière, mais sous l’ombre des platanes, la diversité de leurs terroirs. Récit.

En ce dernier jour de mai il flottait « un air de vacances dans la tête », comme le chante Maxime Le Forestier. 19 producteurs du cru Chénas attendaient à l’ombre de la terrasse du restaurant « Les Platanes » les professionnels venus goûter aux saveurs du gamay.
Bermudas, robes estivales et manches courtes patientaient (mais jamais longtemps) avant de tendre le bras vers une première injection. Les masques étant tombés tous retrouvaient alors le plaisir de lire les émotions sur les visages. Et surtout les sourires.
Après une année blanche faute à la pandémie, cette seconde édition permettait au dégustateur solitaire que j’étais de retrouver le plaisir de l’échange à plusieurs.
D’entrée ce sont les nouveaux visages d’une appellation qui compte 133 producteurs qui me surpris. Il y avait les vraiment nouveaux installés sur l’appellation (Benjamin Passot, Angela et Hugo Foizel) et ceux qui participaient pour la première fois à la manifestation (Domaine des Gandelins, Domaine Jules Desjourneys…)
Les producteurs historiques étaient fidèles au rendez-vous (Domaine du Granit, Cave coopérative de Chénas, Domaine Piron, Château des Jean Loron, Château Bonnet… ).
Je retrouvais avec plaisir Karine propriétaire et cheffe d’un hôtel-restaurant au pied du Mont Brouilly. En compagnie de sa fantasque amie Anne, cette fan absolue du Beaujolais et Buvologue avertie me confiait adorer ces rendez-vous professionnels : « Tu vois c’est ça le Beaujolais! » me dit-elle, bouche en coeur et verre à la main. Au centre de la terrasse, des bouteilles de producteurs qui n’étaient pas présents permettaient de se faire une idée mais sans l’échange avec le vigneron. Du coup les conversations fusaient avec les voisins de table sur les différents Chénas. Ambiance café du village. A déguster avec ses oreilles.
Tandis que le soleil transperçait en des tâches de lumière la verte canopée des platanes, un vent de sud emportait en douceur l’envoûtante odeur du boeuf rôtissant sur sa broche. La pause déjeuner se fit a l’heure du café dans un esprit pique-nique chic. Le boeuf rôti va bien au Chénas. Les sommeliers et restaurateurs présents en nombre vous le confirmeront.

A la croisée des Moulin à Vent, Juliénas, Saint Amour et Fleurie, Chénas et ses 240 hectares est la pièce centrale d’un puzzle complexe de sols. Un vin qui prend un peu de chacun pour sa tailler un costume sur mesure. Un vin que tout amateur de gamay se doit d’avoir en cave.

Nous vous avons concocté une sélection de Chénas que vous pourrez découvrir demain dans la rubrique « Dégustations ».

Précédent DEGUSTATION DE VINS DU MÂCONNAIS : DOMAINE DE NAISSE
Suivant "RIVE DROITE, RIVE GAUCHE" A CHENAS : DEGUSTATION DE VINS DU BEAUJOLAIS

Pas de commentaires

Répondre